Pete and the Pirates – One Thousand Pictures

Albums 1 Commentaire

Hissez les voiles moussaillons et direction les côtes anglaises! J’entends le flot musical des cinq pirates britanniques!

Le groupe anglais d’indie rock constitué de Thomas Sanders (vocals), Pete Hefferan (vocals et guitar), David Thorpe (guitar), Pete Cattermoul (bass) and Jonny Sanders (drums) sort son deuxième album après Little Death il y a trois ans.

C’est au cours d’un voyage à Londres en octobre 2008 que je fis la connaissance de ce groupe lors de la session BBC Electric Proms, festival de jeunes talents. Tout de suite envouté par leur mélange d’énergie punk et de cette musique douce et sucrée, je me suis laissé surprendre par une nouvelle lame de pop mélodieux. Album plus sombre mais toujours aussi délicieux à écouter, les fans apprécieront à nouveau de se laisser chavirer par des vagues de guitare pop fraîches et impétueuses.

Certains diront que Pete Hefferan et Thomas Sanders leur font penser à Paul Banks, chanteur du groupe américain Interpol. Il est vrai que la ressemblance peut surprendre tant par leur voix que par la musique. A vous de juger!

Prochainement, ils accosteront sur le continent pour monter sur le pont de plusieurs scènes européennes.

Laissez vous emporter par cet embrun musical et vous verrez peut être One Thousand Pictures!

Tracklist :
01 – Can’t Fish – 03:46
02 – Cold Black Kitty – 03:41
03 – Little Gun – 02:02
04 – Come To The Bar – 05:40
05 – Winter 1 – 03:42
06 – Washing Powder– 04:23
07 – Blood Gets Thin – 03:08
08 – United – 03:04
09 – Shotgun – 03:26
10 – Motorbike – 02:52
11 – Things That Go Bump – 03:36
12 – Reprise – 02:11
13 – Half Moon Suite – 03:59

One Thousand Pictures et chez tout bon importateur de musique anglaise.

N’hésitez pas non plus à les découvrir sur leur site (http://www.peteandthepirates.co.uk/), MySpace.

Housse de Racket, Stromae, Martin Solveig, Stuck In The Sound – Point Gamma, École Polytechnique – 21 Mai 2011

Concerts Pas de commentaires

Comme chaque année, la célèbre école d’ingénieurs française a organisé son gala, grande soirée étudiante de plus de 6000 personnes. Martin Solveig, l’artiste attendu de cette soirée, a mis le feu une partie de la nuit depuis le hall principal de l’établissement.

Au début de son show, pas facile de se faufiler à l’intérieur. Les portes d’entrée noires de monde étaient bloquées par les vigiles qui repoussaient sans cesse la foule. Tous voulaient assister à l’évènement et impossible d’accéder ne serait-ce qu’aux toilettes. Peu après, le parvis se désengorgeait. Le direct de la SMASH Party était retransmis  sur grand écran depuis la scène extérieure qui se remplissait petit à petit des étudiants qui voulaient rentrer.

Parmi les autres artistes passés plus tôt dans la soirée se trouvait le duo français pop, les Housse de Racket. « Fin août 2011, notre nouvel album Alésia sera dans les bacs » ont-ils confié à leur public.

Stromae, quant à lui, également très attendu, a été décevant malgré une scène principale qui fourmillait de fans chantant les paroles du belge. Il a présenté des chansons peu intéressantes sur des textes légers. Il est certes connu pour ses deux titres rythmées et entrainants que l’on entend régulièrement sur les pistes de danse et qui l’a propulsé vers une célébrité mondiale : Alors On Dance et Te Quiero.

Killtronik a entamé le gala vers 19h. Malheureusement, peu de monde pour écouter ce groupe inspiré par un son pop rock des années 80. Stuck In The Sound a également été invité à jouer sur cette grande scène extérieure. Ce quatuor parisien de rock indépendant, formé en 2002, a été découvert par les Inrockuptibles, magazine de culture française, et par sa compilation CQFD.

Pendant ce temps-là, les DJs se relayaient sur la scène intérieure toujours pleine.

Contrairement à l’année précédente, l’amusement était plus dans les activités annexes que dans les concerts, peu nombreux et souvent assez courts. Les étudiants avaient le choix entre un taureau mécanique, des autos tamponneuses, un jeu de Laser Quest ou encore le fameux saut à l’élastique dont la file d’attente ne se désemplissait pas au fil des heures, sans oublier le massage, le défilé de mode et les feux d’artifices. On pouvait aussi aller danser sur la petite scène extérieure où le traditionnel canon à mousse arrosait abondamment le public. De jeunes groupes de rock, étudiants ou semi-pro, l’animaient.

Une organisation impeccable, hormis la mauvaise gestion des entrées-sorties lors du passage de Martin Solveig, d’excellents ingénieurs du son qui nous laissaient partir des concerts sans acouphène et une soirée plus tournée vers des ambiances de boites de nuit que des scènes rock de concert, de nombreuses activités et la chance d’avoir eu une nuit d’été, voilà comment pourrait se résumer la nuit du 21 mai 2011.

A l’année prochaine !

Long Distance Calling – Kofmehl (Suisse) – 8 Mai 2011

Concerts Pas de commentaires

De passage en Suisse, les allemands de Long Distance Calling se sont arrêtés au Kofmehl, salle alternative bien sympathique, pour nous présenter leur dernier né éponyme.

L’ambiance était au rendez-vous grâce à la petite taille du lieu et surtout grâce au plaisir que prend le quintette à jouer. Avec à peu près une heure trente de show, les morceaux défilent. Le son lourd mais mélodique du groupe nous emporte dans une transe littérale chaque fois réalimentée par le titre suivant.

Avec son nuage de fumée sur scène, impossible de discerner le batteur qui distille une rythmique précise et dynamique. Le bassiste au centre prend la place de leader et nous emplit les oreilles des basses profondes. Enfin les deux guitaristes s’associent pour ébahir nos sens de magnifiques sonorités.

Pour conclure, ce concert était parfait, telles les pistes live du dernier album, ainsi que les photos et la vidéo ci-dessous pourront vous en donner un aperçu.

(Cliquez sur une image pour l’agrandir et lancer le diaporama)

Nihiling – 1ère partie – Kofmehl (Suisse) – 8 Mai 2011

Concerts Pas de commentaires

Comme première partie de Long Distance Calling, les allemands de Nihiling collaient plutôt bien.

Avec un son très mélodieux, parsemé de screaming et de chant clair, le jeune quintette sait aussi accentuer la tendance avec une énergie surprenante. Le chanteur et la bassiste apparaissent comme leaders, au regard de leur performance sur scène.

Avec un bon set, un public qui semblait apprécier et des graphismes remarquables, Nihiling a parfaitement réussi à introduire la soirée!

(Cliquez sur une image pour l’agrandir et lancer le diaporama)

Dredg – Chuckles & Mr. Squeezy

Albums 1 Commentaire

Si le changement vous fait peur, cet album n’est pas pour vous. En effet, les américains de Dredg reviennent avec un cinquième opus aux orientations bien différentes.

Si à la base le groupe collait plus à l’étiquette rock progressive, il la perde définitivement avec ce dernier né.
Poussant jusqu’au bout l’orientation pop de The Pariah, The Parrot & The Delusion, l’intérêt musical des morceaux perd toute sa place.

En effet, les titres sont beaucoup plus orientés autour du chant qui prend une place dominante. On relèvera quelques mélodies agréables, mais l’ensemble reste très plat et décevant. On peut même en arriver à se demander si les excellents artistes du groupe ne s’ennuieront pas en jouant Chuckles & Mr. Squeezy sur scène.

Bref vous l’aurez compris, ce dernier disque n’est pas à la hauteur d’un Leitmotiv ou encore Catch Without Arms. N’hésitez pas à l’écouter afin de vous faire votre avis tout en espérant ne pas tomber sur un chef d’œuvre !

Tracklist :
01 – Another Tribe – 03:46
02 – Upon Returning – 03:51
03 – The Tent – 04:46
04 – Somebody is Laughing – 03:31
05 – Down Without a Fight – 03:51
06 – The Ornament – 04:06
07 – The Thought of Losing You – 03:34
08 – Kalathat – 03:23
09 – Sun Goes Down – 03:48
10 – Where I’ll End Up – 03:56
11 – Before it Began – 02:58

Chukles & Mr. Squeezy bientôt disponible chez votre revendeur de disques favori.

N’hésitez pas à découvrir Dredg en son intégralité sur leur site et leur MySpace.

« Articles précédents Articles suivants »