Housse de Racket, Stromae, Martin Solveig, Stuck In The Sound – Point Gamma, École Polytechnique – 21 Mai 2011

Concerts Pas de commentaires

Comme chaque année, la célèbre école d’ingénieurs française a organisé son gala, grande soirée étudiante de plus de 6000 personnes. Martin Solveig, l’artiste attendu de cette soirée, a mis le feu une partie de la nuit depuis le hall principal de l’établissement.

Au début de son show, pas facile de se faufiler à l’intérieur. Les portes d’entrée noires de monde étaient bloquées par les vigiles qui repoussaient sans cesse la foule. Tous voulaient assister à l’évènement et impossible d’accéder ne serait-ce qu’aux toilettes. Peu après, le parvis se désengorgeait. Le direct de la SMASH Party était retransmis  sur grand écran depuis la scène extérieure qui se remplissait petit à petit des étudiants qui voulaient rentrer.

Parmi les autres artistes passés plus tôt dans la soirée se trouvait le duo français pop, les Housse de Racket. « Fin août 2011, notre nouvel album Alésia sera dans les bacs » ont-ils confié à leur public.

Stromae, quant à lui, également très attendu, a été décevant malgré une scène principale qui fourmillait de fans chantant les paroles du belge. Il a présenté des chansons peu intéressantes sur des textes légers. Il est certes connu pour ses deux titres rythmées et entrainants que l’on entend régulièrement sur les pistes de danse et qui l’a propulsé vers une célébrité mondiale : Alors On Dance et Te Quiero.

Killtronik a entamé le gala vers 19h. Malheureusement, peu de monde pour écouter ce groupe inspiré par un son pop rock des années 80. Stuck In The Sound a également été invité à jouer sur cette grande scène extérieure. Ce quatuor parisien de rock indépendant, formé en 2002, a été découvert par les Inrockuptibles, magazine de culture française, et par sa compilation CQFD.

Pendant ce temps-là, les DJs se relayaient sur la scène intérieure toujours pleine.

Contrairement à l’année précédente, l’amusement était plus dans les activités annexes que dans les concerts, peu nombreux et souvent assez courts. Les étudiants avaient le choix entre un taureau mécanique, des autos tamponneuses, un jeu de Laser Quest ou encore le fameux saut à l’élastique dont la file d’attente ne se désemplissait pas au fil des heures, sans oublier le massage, le défilé de mode et les feux d’artifices. On pouvait aussi aller danser sur la petite scène extérieure où le traditionnel canon à mousse arrosait abondamment le public. De jeunes groupes de rock, étudiants ou semi-pro, l’animaient.

Une organisation impeccable, hormis la mauvaise gestion des entrées-sorties lors du passage de Martin Solveig, d’excellents ingénieurs du son qui nous laissaient partir des concerts sans acouphène et une soirée plus tournée vers des ambiances de boites de nuit que des scènes rock de concert, de nombreuses activités et la chance d’avoir eu une nuit d’été, voilà comment pourrait se résumer la nuit du 21 mai 2011.

A l’année prochaine !

Plasticines, Luke, VV Brown, Shaka Ponk – Point Gamma, École Polytechnique – 5 Juin 2010

Concerts Pas de commentaires

Le Point Gamma est la plus importante soirée étudiante de l’année, l’occasion rêvée pour toucher un public jeune et nombreux. Les fans étaient au rendez-vous.

Arrivés un peu après le début du concert des Plasticines, on a pu goûter aux joies de la voix de Katty, dont le nom était beuglé par quelques jeunes hommes visiblement très touchés par son talent. On leur reproche souvent des paroles pauvres, il faut dire que «I’m a B.I.T.C.H» n’est pas la phrase la plus poétique qu’il m’ait été donnée d’entendre, mais les françaises ont su mettre l’ambiance et chauffer la place d’armes de la plus célèbre des écoles d’ingénieur. Pourtant à 20h, les étudiants sont davantage dans leurs chambres en train d’arroser leur soirée que devant les enceintes. Une centaine cependant était présent et cela nous a permis de les voir de très près. On ne peut tout de même pas rester stoïque devant le rythme entraînant qu’elles imposent et ne pas scander en même temps qu’elles leur fameux slogan. Bref, un bon début de soirée.

Le temps d’aller faire un petit tour des bars intérieurs, et Luke montait sur scène. Bizarrement, la folie pop-rock qui s’était emparée de moi est très vite retombée en entendant les tristes mélodies du groupe. Ne voulant pas faire durer le supplice, nous sommes vite rentrés danser dans le grand hall de l’école. Là, quelques DJ médiocres mixaient des morceaux plus ou moins connus. On a donc préféré aller se trémousser dans un recoin où le DJ en titre de mon école nous passait de la bonne musique accompagnée d’effets laser envoûtants.

Nous lassant aussi de cette activité, nous avons décidé de retourner voir le concert. Et quel soulagement en découvrant que ce n’était plus Luke mais VV Brown qui occupait la scène ! Une boule d’énergie, de soûl et de rock nous a alors submergée. VV Brown a pourtant connu des échecs aux États-Unis, mais on ne pouvait lui réserver qu’un accueil formidable en France. Auteur, compositrice et interprète, VV Brown est un délice à écouter et à suivre. Elle sait nous entraîner sur des rythmes et des mélodies différentes de ce que l’on écoute habituellement mais passionnante. Un peu trop court, à notre goût, le concert prend fait vers minuit…

…laissant ainsi la place au groupe Shaka Ponk. Pour les novices en la matière, c’est un groupe composé de sept garçons français créé en 2004 et qui a trouvé son bonheur en Allemagne. Leur son est à la fois rock, funk et électro. Le but était de créer un univers musical et un concept à part entière. S’adressant ainsi à toute sorte de public, leur concert de plus de 2h a touché tous les âges : on ne différenciait plus le lycéen du jeune diplômé. Les effets graphiques synchronisés sur la musique en a étonné plus d’un et la puissance de leurs morceaux nous ont laissé sans voix. Depuis, on n’écoute plus que ça ! Seul bémol au tableau, on n’entendait pas assez la voix du chanteur…

Une excellente soirée, de très bons concerts, de la musique plein les oreilles, des Pringles plein les poches…bref un formidable moment musical passé ensemble et dans des conditions quasi optimales (oui, prenez garde aux chaussures que vous portez ce soir-là, mes pieds en savent quelque chose !!).

Retrouvez chacun de ces groupes sur leur site et MySpace respectifs :
http://www.lesplastiscines.com | http://www.myspace.com/plastiscine
http://www.luke.com.fr | http://www.myspace.com/lukelegroupe
http://www.vvbrown.com | http://www.myspace.com/vvbrown
http://www.shakaponk.com | http://www.myspace.com/shakaponk

Archive – Controlling Crowds Part IV

Albums Pas de commentaires

Alors que médiatisation était un des mots clefs de Controlling Crowds, sorti il y a 7 mois, ce dernier opus, qui fait figure de suite,  ne bénéficie de quasiment aucune publicité.

En apprenant qu’Archive allait sortir un nouveau disque, la première réaction est : encore… En effet, quand le précédent opus nous a laissé un goût amer en bouche, que penser des futurs titres.

De plus, portant le même nom que son prédécesseur, mais avec en note Part IV, on s’attend à ce qu’il soit du même acabit.

Pourtant, après écoute, il semblerait que cet album face office de patch à un album médiocre. C’est ainsi qu’on retrouve des morceaux beaucoup plus marqués et marquants émotionnellement. On est alors satisfait, de retrouver les valeurs du groupe qui ont fait son succès.

Quelques questions resteront en suspend : pourquoi avoir sorti cet ensemble en deux temps? Pourquoi avoir laissé le meilleure pour la fin, et pourquoi avoir fait du moins bon avant?

Ces petites remarques nous laisse penser que la pression imposée par les maisons de disques sur les artistes est importante, au point de leur faire perdre leur créativité et de matraquer avec des publicités afin de conserver des ventes satisfaisantes.

Heureusement, Archive sort ce correctif, qui plaira à tous les fans, bien plus que les trois premières parties de Controlling Crowds. Accrochez vos oreilles pour l’écoute de cet album varié!

Tracklist :
01 – Pills – 04:13
02 – Lines – 06:04
03 – The Empty Bottle – 07:03
04 – Remove – 04:06
05 – Come On Get High – 04:41
06 – Thought Conditioning – 03:39
07 – The Feeling Of Losing Everything – 04:48
08 – Blood In Numbers – 03:05
09 – To The End – 03:55
10 – Pictures – 03:55
11 – Lunar Bender – 03:24

Vous pouvez retrouver Controlling Crowds Part IV chez tout disquaire dès maintenant.

Faites vous votre avis sur le dernier album d’Archive, sur leur site Web, leur MySpace.

Matisyahu – Elysée Montmartre – 14 Octobre 2009

Concerts Pas de commentaires

Matisyahu est passé en concert à l’Élysée Montmartre. Lors de cette soirée, accompagné par le groupe Roots Tonic, l’artiste a joués huit morceaux pendant environ une heure trente.

Le rabbin en a profité pour inviter différentes personnalités. C’est ainsi que nous avons eu la chance d’assister à une Battle de slam. Matisyahu s’est très bien défendu face à son adversaire bien plus expérimenté.

Matisyahu a aussi improvisé un morceau de beat box qui était aussi plutôt réussi et surprenante.

Cependant malgré ces deux moments originaux et les quelques morceaux de reggae dub, le concert s’est avéré répétitif et ennuyeux.

Pour avoir découvert Matisyahu sur scène, la seule chose sympathique et agréable à noter est l’énergie qu’il déploie.

Au final, ce concert n’aura pas été des plus palpitants, les longues montées lyriques entrainant une lassitude auditive. On peut encore regretter les quelques morceaux reggae qui, à coté, étaient beaucoup plus énergique!

Tricky – Knowle West Boy

Albums Pas de commentaires

Pour tous ceux d’entre vous qui ne le connaissent pas, Tricky est un musicien britannique qui a grandi a Bristol. Il fit parti dans les années 1980 DU sound system de Bristol : The Wild Bunch, d’où sortent également Massive Attack. Il a d’ailleurs beaucoup participé à leurs premiers albums (Blue Lines et Protection).

Le titre de son nouvel album n’est pas anodin : Tricky a grandi dans un quartier de Bristol nommé Knowle West. Encore un titre d’album qui retrace le passé du chanteur (son premier album Maxinquaye porte le nom de sa mère : Maxine Quaye).

Cet album s’inscrit dans la plus pure tradition de Tricky : un mix entre du rap, du rock, du r’n’b, etc. Et c’est peut-être finalement là le problème : bien que cet album soit très agréable à écouter, il n’est pas très original. Même si certaines chansons sortent du lot (Council Estate et Veronika), on a fortement l’impression d’avoir déjà entendu le reste.

Au final, un album bon, mais décevant.

Tracklist :
01 – Puppy Toy – 03:34
02 – Bacative – 03:51
03 – Joseph – 02:28
04 – Veronika – 03:00
05 – C’mon Baby – 03:03
06 – Council Estate – 02:39
07 – Past Mistake – 05:07
08 – Coalition – 03:58
09 – Cross To Bear – 03:45
10 – Slow – 03:22
11 – Baligaga – 03:42
12 – Far Away – 03:38
13 – School Gates – 03:47

Cet album de Tricky et les autres chez vos revendeurs habituels.

Pour vous faire votre propre idée de Tricky, rendez-vous sur son site ou son MySpace.

« Articles précédents